Filmer la musique

Journées de formation organisées en partenariat avec l’IRMM et le BTS Métiers de l’Audiovisuel à Biarritz

avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de la SACEM et de l’Institut Culturel Basque

10-16 octobre, Lycée René Cassin, Biarritz

Ces journées de formation s’adressent aux vidéastes et apprentis réalisateurs, aux jeunes chercheurs et étudiants des filières spécialisées désireux d’acquérir un complément de formation dans le domaine de la réalisation documentaire. Marc Huraux animera les trois premières journées centrées sur le récit documentaire, seul puis en dialogue avec Dominique Vieillard ingénieur du son avec qui il a travaillé pour plusieurs de ses films. Ce volet sera complété par des rencontres avec d’autres réalisateurs invités dans le cadre du festival Haizebegi : Michel Tabet, anthropologue invité à présenter son film Les Larmes de Husayn, et Izza Genini, auteure de nombreux films sur les musiques du Maroc.

Le second volet proposera une mise en pratique avec trois enseignants du BTS Métiers de l’audiovisuel de Bayonne-Biarritz: Martine Convert, Benat Lagoarde et Dominique Castinel

PROGRAMME

Volet 1: Le récit documentaire
> Journées de travail avec Marc Huraux (10 au 12 octobre), rencontre avec l’ingénieur du son Dominique Vieillard (13 octobre)
> Rencontre avec Michel Tabet (15 octobre)
> Rencontre avec Izza Genini (16 octobre)

Volet 2 – Atelier pratique
avec les enseignants du BTS Métiers du son et Métiers du Montage et de la Post-production
> Matinées du 13 et 14 octobre : initiation à la caméra et à la prise de son (hors étudiants BTS)
> Après-midis et soirées (13 au 16 octobre): tournage par groupes sur le festival Haizebegi

Informations pratiques
Lieu: Lycée René Cassin, Biarritz
Inscription
sans pass festival : 150 euros (tarif plein)/ 100 euros (étudiants, chômeurs)
avec pass festival: 200 euros /150 euros (étudiants et chômeurs).
Ce prix comprend les déjeuners pris à la cantine du BTS

Contact : Talia Bachir-Loopuyt

Télécharger le Descriptif complet (Pdf)

inscription en ligne

Le récit documentaire

Présentation de l’atelier par le réalisateur Marc Huraux.

Un Cinévoyage   (PDF)
J’avais eu l’occasion de présenter quelques uns de mes films dans les précédentes éditions du festival « Haizebegi » à Bayonne, un festival qui se proposait dès le départ de susciter des passerelles entre cinéma et musique. C’est dans le prolongement de cette démarche que « Haizebegi », cette année, a voulu mettre en place un stage de sensibilisation à la démarche documentaire. Ou plutôt aux démarches documentaires, tant celles-ci sont en vérité multiples. En ce qui me concerne, j’ai très souvent pris dans mes films la musique comme guide et moyen de transport, fil narratif, trait d’union…
Lire la suite

Atelier pratique

Pour ce second volet animé par trois enseignants du BTS Métiers de l’audiovisuel de Biarritz (Martine Convert, Benat Lagoarde, Dominique Castinel), les participants travailleront en groupes à la prise de son et au cadrage. Ils s’essaieront à la position documentaire autour du festival Haizebegi et de ses concerts (jeudi 13 octobre, vendredi 14 octobre, samedi 15 octobre et dimanche 16 octobre). Après une initiation au maniement technique du matériel, les participants, répartis en petits groupes, essaieront leurs forces en filmant, en cherchant un regard possible, en fabriquant une écoute par le film. Ils s’appuieront sur les propositions du festival pour ce faire.

Les intervenants

MARC HURAUX
Né en 1954 à Paris, Marc Huraux fait ses classes à l’Idhec avant de commencer à tourner ses propres films ; En 1986, il co-réalise avec François Migeat, Batouka 86, durant un festival de percussions en Guadeloupe.En 1987, il signe Bird Now, une évocation du grand saxophoniste Charlie Parker. Ce film évoque l’expérience des artistes noirs des années quarante, créant leur musique comme un défi lancé au racisme omniprésent. Dans (1989), il poursuit son investigation des scènes éclatées du jazz à travers le nouvel apartheid libéral des années Reagan. Le film est un voyage dans Manhattan, Brooklyn, le Bronx. En 1992, Marc Huraux s’investit dans un long travail, La Fabrique Du Corps Humain, dont le prétexte est l’histoire de l’anatomie en occident : une histoire tissée d’alliance et de rivalité entre la religion et la médecine. En 1998, il réalise Vincent Van Gogh : Un Autodidacte Et Ses Maîtres, à l’occasion de l’exposition Van Gogh/Millet au musée d’Orsay. En 2001, il réalise le documentaire Ali Farka Touré : Le miel n’est jamais bon dans une seule bouche, film-voyage à travers la musique et l’expérience de l’artiste dans son fief de Niafunké au nord du Mali. Parmi les films plus récents sur des sujets musicaux, citons enfin Turn Me On (Paroles & Musique) en 2007 et Péï Maloya en 2015.

DOMINIQUE VIEILLARD
Ingénieur du son de tournage, monteur son et mixeur, Dominique Vieillard a participé à de nombreux films documentaires et de fiction. Il a collaboré entre autres avec Abbas Kiarostami, Jacques Doillon, Alexandre Sokourov, Raymond Depardon, Jacques Rivette, Wang Chao, Adoor Gopalakrishnan, Avi Mograbi, Darejan Omirbaev, Nurith Aviv, Marc Huraux, Barlen Pyamootoo, Haim Boozagloo, Claire Simon… Ses expériences sur de nombreux films étrangers, aussi bien en fiction qu’en documentaire, ont constitué pour lui de véritables voyages physiques et créatifs. Elles ont alimenté un questionnement: «enregistrer la musique filmée n’est-il pas le moyen privilégié de laisser pénétrer le monde en nous?» s’interroge-t-il. «Ecouter est la clé de mon travail. Ce que je dois apprendre est l’accord entre ce que j’écoute et ce que je veux faire écouter. Cet accord, toujours à redécouvrir, se concrétise par l’outil que j’ai à ma disposition et passe par sa maîtrise. Il s’agit de donner à écouter ce qui correspond au désir du réalisateur, de moi-même et à ce que nous attendons l’un et l’autre de l’impact sur un spectateur-auditeur. Il y a ces trois désirs qui dialoguent et doivent s’accorder, cela demande non seulement l’écoute des sons mais aussi l’écoute de l’Autre.»

MICHEL TABET
Michel Tabet est anthropologue et vidéaste. Il travaille principalement dans le monde arabe. Il a réalisé des films ou des études filmées sur les rituels de l’Achoura à Nabatiyya (Sud-Liban), du mawlid de Timimoun (Algérie) ou encore sur des parcours de migrants bangladais dans la ville de Beyrouth. Ses travaux sur les performances touchent aussi à la danse et à la musique. Il a ainsi travaillé pendant de nombreuses années avec le collectif Topophonie, qui vise à investir des espaces urbains ou naturels, ainsi qu’avec le danseur de Buto Atushi Taknouchi dont il documente le travail à travers des enregistrements de performance ou des productions de vidéo-danses. Michel Tabet est aussi impliqué dans des activités de diffusion et de formation à l’anthropologie visuelle en France et dans le monde arabe, au travers d’ateliers de formation organisés en collaboration avec l’association Ethnoart et le Comité du film ethnographique.

Dominique Castinel
Ingénieur du son pour la télévision, Dominique Castinel s’est spécialisé dans le mixage, qu’il s’agisse de documentaires, émissions, fictions ou dessins animés. Il a également réalisé des documentaires et captations de concerts lors de festivals dans le Pays Basque, autour de Benat Achiary ou Mônica Passos.
Il collabore depuis quelques années comme intervenant professionnel au BTS audiovisuel de Bayonne-Biarritz.

Martine Convert
Chargée de l’enseignement de la culture audiovisuelle et artistique au BTS audiovisuel de Bayonne-Biarritz, Martine Convert est également responsable des projets collectifs en particulier pour les monteurs de la formation.
Diplômée de l’EHESS en Histoire de l’art, elle a également réalisé des films sur l’art dans le cadre de l’association Artistes & Associés, par exemple sur le travail de Claudio Parmiggiani ou Jenny Holzer.

Benat Lagoarde
Enseignant en montage, Benat Lagoarde se charge également d’initier les élèves du BTS audiovisuel de Bayonne-Biarritz au maniement de tous les outils techniques audiovisuels, de l’unité de reportage à la régie de captation. Responsable pédagogique de cette formation, il développe par ailleurs une activité vidéo sous forme d’ateliers ou de projets documentaires auprès de personnes en situation de handicap, de groupes de réflexion politique ou d’adolescents.