H4S04PH04 Ibantuta

Musicians without borders

Musicians Without Borders est un collectif international de musiciens né de l’initiative de Saad Mahmoud Jawad, musicien et virtuose de oud. Héritier et pédagogue de la célèbre école de oud irakienne, Jawad avait pour rêve de fonder un ensemble de musique capable d’élargir les frontières des différents territoires musicaux et culturels qui se croisent à travers et au-delà de la société cosmopolite de Bahreïn.

À l’image de la musique du Golfe arabo-persique, elle-même à la lisière des rythmes d’Afrique de l’Est et des mélodies moyen-orientales, cet ensemble de Manama explore la diversité du répertoire porté par chacun de ses membres, du tango argentin aux chansons syriennes en passant par le flamenco et la musique basque. La mission que s’est donnée Musicians Without Borders de promouvoir l’échange et l’entente entre les cultures du monde trouve le soutien de la ministre Cheikha Mai Bint Mohammad Al Khalifa, qui met en place un mécénat officiel pour le projet auprès du Ministère de la Culture du Bahreïn.

Le groupe, présenté comme un collectif à effectif variant, réunit aujourd’hui Saad Mahmood Jawad (oud, Irak), Ahad Bashir (Chant, Bahreïn), Ibantuta (guitare, Pays Basque), Carlos Villarroel (guitare basse, Argentine) et Ahmed Maany (percussion, Egypte).

Le programme qu’ils présentent recueille des pièces de leurs influences respectives, retravaillées et réarrangées en collectivité. Le répertoire inclut entre autres des chants folkloriques de Bahreïn, des Qudud d’Alep, des pièces instrumentales basques et andalouses, et des chansons de Feyrouz.

Bénéficiant du parrainage du Ministère de la Culture du Bahreïn pour leurs représentations à Bahreïn comme à l’étranger, le groupe présente son premier concert au Bahreïn International Music Festival en 2016. Depuis, Musicians Without Borders enregistrent leur premier album et multiplient leurs tournées nationales et internationales. Leur travail continue de tracer une large trajectoire à travers les musiques du monde.

Pourtant, si ces musiques appartiennent en apparence aux traditions du Pays Basque, du Cuba, du Brésil, d’Iraq, de Syrie, du Liban ou d’Espagne, et si une part de chaque musicien reste fidèle à ses racines dans sa performance et dans sa transmission, le répertoire qu’ils présentent, lui, s’avère être celui d’une musique inédite, brouillant avec habilité les limites sensibles entre arrangements, improvisations et nouvelles compositions. Une musique certainement née de la mémoire de ces musiciens explorateurs, mais emparée, transformée et revendiquée par leur désir commun d’une création centrée sur le dialogue et la diversité culturelle.

par Layale Cheker, ethnomusicologue et violoniste

En concert à Haizebegi#4 le vendredi 6 octobre