Les artistes de Tumaco au collège

En marge de la programmation du festival Haizebegi, les 13 artistes de l’école de danse et de musique du pacifique sud Tumac, invités à Bayonne durant toute la durée du festival, ont entrepris une étroite collaboration avec le collège Albert Camus de Bayonne.

Après avoir assisté un stage de percussions au collège, les élèves des classes d’espagnol pourront profiter jeudi d’un second atelier musical qui sera suivi d’une animation dans la cour. Les musiciens et danseurs de la ville de Tumaco, au sud-ouest de la Colombie, pourront en retour profiter de cours de français et seront les invités de la web radio du collège vendredi.

La presse pourra assister à ces échanges jeudi 12 octobre, de 9h30 à 11h30 (atelier percussions) et à 13h (animation dans la cour ainsi que vendredi 13 octobre de 9h30 à 11h30 (cours de français) et de 11h30 à 12h30 (web radio)

la Troupe de danse et les percussions de la Fundación Escuela Folklórica del Pacífico Sur Tumac (Côte Pacifique de la Colombie) présentait dimanche à Bayonne Ritos de la Tunda, rites de possession de la côte pacifique de la Colombie.

Cette création reprend les grandes formes chorégraphiées des rites de possession de la Colombie du Pacifique Sud. La danse narrative de la Fondation Tumac permet de présenter cette région si mal connue du Nariño, au sud-est de la Colombie, et cette ville de 170.000 habitants où la Fondation s’est implantée voici près de 40 ans, Tumaco, à 2 mètres au-dessus du niveau de l’Océan Pacifique et donc promise à une disparition prochaine.

La Tunda est un esprit qui habite dans la forêt du Pacifique et contribue à préserver le monde de la culture noire de la Mangleria. Elle représente le rôle de la femme dans la culture afro-colombienne : elle est le pilier de la cohésion de son peuple. Mais les vicissitudes du monde où elle vit l’obligent à se réfugier dans la forêt. Elle prend alors la forme d’un être fantasmagorique…