Archives pour l'étiquette Colombie

Court-métrage : Welcome a Tumaco

Court-métrage Welcome a Tumaco (Colombie, Puntificia Universidad Javeriana, Bogota, 2005, 22 min), d’Angela Ramirez, en présence de la réalisatrice

Pendant plusieurs mois, la réalisatrice Angela Ramirez (dont le festival Haizebegi a projeté en 2016 le Mama Goema. The Cape Town beat in Five Movements/ La pulsation du Cap en cinq mouvements, Afrique du Sud 2011) a séjourné à Tumaco. Elle a suivi le quotidien de cette fondation hors du commun tout entière tournée vers un projet d’éducation qui passe par la création artistique. Elle a réalisé ce court-métrage que nous projetons aujourd’hui, avant une rencontre inédite entre la réalisatrice et ceux-là même qui furent l’objet de son film.

Ana Maria Ochoa

Née à Medellin en 1962, Ana María Ochoa Gautier est une ethnomusicologue colombienne. Après une thèse de l’université d’Indiana consacrée à une cartographie des territoires musicaux à partir du cas des musiques andines, elle dirige les Archives musicales de l’Institut Colombien de Culture (qui devient Ministère de la Culture en 1998) avant de devenir chercheure à l’Institut Colombien d’Anthropologie et d’Histoire (ICANH). Son attention se focalise alors sur la question des droits culturels et elle publie un rapport au retentissement international : Entre los deseos y los derechos. Un ensayo crítico sobre políticas culturales.

Ses recherches se concentrent alors sur les politiques culturelles, sur les liens entre musique et conflit armé, sur la question de la propriété intellectuelle et sur l’histoire du son en Amérique du Sud, notamment en Colombie. Depuis 2003, Ana Maria Ochoa Gautier enseigne à New-York. Elle dirige aujourd’hui le Center for Ethnomusicology de la si bien nommée Columbia University.

ColumbiaU_Wordmarklogo.svg

Parmi ses ouvrages :

  • Músicas Locales en Tiempos de Globalización, Editorial Norma, Buenos Aires, 2003
  • Entre los Deseos y los Derechos. Un Ensayo Crítico sobre Políticas Culturales, Instituto Colombiano de Antropología e Historia. Bogotá, 2003
  • Aurality: Listening and Knowledge in Nineteenth-Century Colombia, Durham, Duke UniversityPress, 2014

PIXVAE

Créé par le saxophoniste et compositeur Romain Dugelay et par l’anthropologue, percussionniste et chanteur Jaime Salazar, le collectif PIXVAE confronte les chants et les percussions du Pacifique colombien au jazzcore. Un premier enregistrement scelle cette alliance en 2016. Puis vient le désir d’explorer le son de la Côte Caraïbe, et d’expérimenter en plus grand. A Bayonne, le 13 octobre 2017, PIXVAE invite Juan Carlos Arrechea (marimba de chonta) et Elber Alvarez (flûtes gaitas) à se joindre à eux. Clément Edouard (dispositif électronique et traitement sonore) travaille le lien. En partenariat avec Idartes (Bogota), le festival Haizebegi crée Kaixu (qui signifie « cœur » en langue Awa).

Deux autres musiciens colombiens complètent cette équipe : Juan Carlos Arrechea, jeune footballeur professionnel de 25 ans qui délaisse le ballon rond pour devenir le maitre incontesté du marimba de chonta, instrument traditionnel de la côte pacifique colombienne, ainsi que Elber Alvarez,musicien percussionniste, luthier, chanteur et maître de la gaita colombienne (flûte traditionnelle de la zone Caraïbe taillée dans un cœur de cactus). Son style est remarquable par sa maîtrise de la variation. Pour sa part, Clément Edouard fera dialoguer les sons acoustiques et les sons amplifiés grâce à un travail de traitement sonore centré sur la mise en son du marimba de chonta et des gaitas, et leur transformation électronique.

Juan Carlos Arrechea (marimba de chonta) passe son enfance entouré des joueurs de marimba, de musiciens et de chanteurs de currulao. S’empare de cet art mythique. Lui préfère momentanément le football. Devient joueur professionnel, mais renonce. Retrouve son marimba. Ne le quittera plus. Il a aujourd’hui 25 ans, et il lui dédie sa vie. Concentre son travail sur la recherche, la création, la production, la diffusion de la musique traditionnelle. Il vit aujourd’hui à Bogota. Il nourrit sa quête artistique de recherches qu’il mène lui-même sur les traditions de la région pacifique et de l’ensemble de la Colombie et partage avec d’autres virtuoses l’invention de nouvelles pistes de création musicienne.

Elber Alvarez (gaita, chant, percussions)est la référence de l’art de la gaita colombienne, ces flûtes traditionnelles de la Côte Caraïbe. Il est né à Sahagún (Cordoba, Colombie). Musicien, chanteur, compositeur et luthier, il apprend son art auprès des maîtres Manuel Cordero, Jesus Sayas, Fernando Mosquera, Adolfo Ortega. Explore avec Juan Nieves les différents tempéraments des gaitas et leur modes de transmission. Avec son groupe Trapiche de Colomboy, Elber Alvarez est lauréat de nombreux prix : Premier Prix de Gaita corta(Cerete, 1995, 2001, 2004) ; 1erPrix de Gaita corta au Festival Nacional de gaitas de ovejas 1996 ; 1er Prix de Gaita larga festigaitas ovejas 2004-13…

Dimanche 8 octobre

EGLISE SAINTE-CROIX

11:00 Eglise Sainte-Croix : Messe du Pacifique

Messe animée par les musiciens et par les danseurs de la Fondation Tumac (côte pacifique de la Colombie)

L’animation de la messe sera suivie d’une déambulation de danse currulao colombienne dans le quartier

LYCEE PROFESSIONNEL LE GUICHOT

18:00 Concert / Théâtre :Traverser,

par la compagnie La Fabrique Affamée (Hasparren), avec Nicolas Marsan (textes et dramaturgie), Valérie Marsan (harpe), Caroline Robert (harpe) et Iban Perret (oud), forme courte de 45 minutes

« Traverser » est un spectacle créé par la compagnie La Fabrique Affamée pour le festival Haizebegi#4.

17:15 Thé et pâtisseries orientales dans le cloître

18:00 Danse : Ritos de la Tunda,

rites de possession de la côte pacifique de la Colombie, par la troupe de danse et percussion de la Fundación Escuela Folklórica del Pacífico Sur Tumac

8 oct escuela-de-danza-tumac-galeria-uno-udenar-periodico
Fondation Tumac

Cette création reprend les grandes formes chorégraphiées des rites de possession de la Colombie du Pacifique Sud. La création de la Fondation Tumac construit une narration qui lui permet de présenter cette région si mal connue du Nariño, au sud-est de la Colombie, et cette ville de 170.000 habitants où la Fondation s’est implantée voici près de 40 ans, Tumaco, à 2 mètres au-dessus du niveau de l’Océan Pacifique et donc promise à une disparition prochaine.

La Tunda est un esprit qui habite dans la forêt du Pacifique et contribue à préserver le monde de la culture noire de la Mangleria. Elle représente le rôle de la femme dans la culture afro-colombienne : elle est le pilier de la cohésion de son peuple. Mais les vicissitudes du monde où elle vit l’obligent à se réfugier dans la forêt. Elle prend alors la forme d’un être fantasmagorique…

Vidéo de Ritos de la Tunda

Dimanche 15 octobre

CONSERVATOIRE A RAYONNEMENT REGIONAL BAYONNE

La Colombie dans la Cité des Arts
Concerts, rencontres, échanges pédagogiques

12:00 Court-métrage Welcome a Tumaco (Colombie, Puntificia Universidad Javeriana, Bogota, 2005, 22 min), d’Angela Ramirez, en présence de la réalisatrice

Rencontre avec Angela Ramirez, réalisatrice, Agustin Tenorio et Laylys Sauinones, fondateurs de la Fundación Escuela Folklórica del Pacífico Sur Tumac, Colombie, côte pacifique

12:30 Concerts par les élèves de Tumaco, les élèves du CRR de Bayonne – Côte Basque

13:00 Repas colombien

14:00 – 18:00 Films en continu (salles 1, 2, 3 en accès libre)

  • Esperando el Tsunami (Colombie-France, 2010, 47 min.), de Vincent Moon et Lulacruza
  • Pacifico (Colombie, France, 2001, 52 min.)de Lizette Lemoine et Aubin Hellot
  • Welcome a Tumaco (Colombie, Puntificia Universidad Javeriana, Bogota, 2005, 22 min), d’Angela Ramirez

15:00 – Débat public : La Musique, un outil d’éducation ?

  • Son excellence M.Federico Renjifo Vélez (Ambassadeur de Colombie en France, sous réserve)
  • AgustinTenorio et Laylys Quinones, fondateurs de la Fundación Escuela Folklórica del Pacífico Sur Tumac(Colombie, côte pacifique),
  • Leonardo Garzón, Coordinateur général des Centros Locales de Artes para la Niñez y la Juventud (CLAN, Bogota)
  • Dominique Lurcel, metteur en scène, cofondateur du Lycée autogéré de Paris
  • Ángela María Ramírez (réalisatrice, Bogota),
  • Jaime Salazar (CNSM Lyon), El Plan Nacional de Música para la Convivencia (PNMC)
  • Laurent Bayle, Président de la Philharmonie de Paris (sous réserve)
  • Gilles Delebarre (Responsable du programme DEMOS, Philharmonie de Paris),
  • Serge Cyferstein, directeur adjoint du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, responsable du département Pédagogie
  • Laurent Gignoux, Pôle d’Enseignement Supérieur Musique et Danse Bordeaux
  • Michael Gavazzi, Conservatoire à Rayonnement Régional Bayonne – Côte Basque
  •  Violeta Joubert Solano, Universidad El Bosque (Bogota), directrice de la Maestría de profundización en « músicas colombianas » con énfasis en composición e interpretación.
  • ArihanaVillamil, Université Nice-Sophie Antipolis
  •  Birgit Ellinghaus, AlbaKultur (Cologne), directrice de programmation à la Philharmonie de Hambourg, membre du bureau « Diversité culturelle » de l’UNESCO Allemagne

16:00 – Concert : Concert de l’Ecole des Arts de Tumaco (Pacifique Colombien)

17:00 – Théâtre: Présentation de l’atelier que Dominique Lurcel a mené pendant deux jours avec des jeunes bayonnais et des jeunes colombiens de la fondation Tumac sur des textes de Gabriel Garcia Maquez.

18:00 – Percussion   Présentation des travaux de l’Atelier de la Cité Breuer

18:30 – Danse: Ritos de la Tunda, rites de possession de la côte pacifique de la Colombie, par la troupe « danse et percussion » de la Fundación Escuela Folklórica del Pacífico Sur Tumac

Cette création reprend les grandes formes chorégraphiées des rites de possession de la Colombie du Pacifique Sud. La création de la Fondation Tumac construit une narration qui lui permet de présenter cette région si mal connue du Nariño, au sud-est de la Colombie, et cette ville de 170.000 habitants où la Fondation s’est implantée voici près de 40 ans, Tumaco, à 2 mètres au-dessus du niveau de l’Océan Pacifique et donc promise à une disparition prochaine.

La Tunda est un esprit qui habite dans la forêt du Pacifique et contribue à préserver le monde de la culture noire de la Mangleria. Elle représente le rôle de la femme dans la culture afro-colombienne : elle est le pilier de la cohésion de son peuple. Mais les vicissitudes du monde où elle vit l’obligent à se réfugier dans la forêt. Elle prend alors la forme d’un être fantasmagorique…

20:30 – OSTATUA– Cantine du Festival : Repas colombien

15 oct Bandeja_Paisa