Welcome to Evently

Lorem ipsum proin gravida nibh vel veali quetean sollic lorem quis bibendum nibh vel velit.

Evently

Stay Connected & Follow us

Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Les mondes de la musique / musikaren munduak
Haizebegi
  /  Journée Musikautisme

Journée Musikautisme

Dates et lieux(1)

  • Samedi 09 octobre

    11.00 - 22.00

    Cité des Arts - Bayonne

Le programme

Dans le cadre de la Fête des Science

11h00 – 12h00 : Conférence Le Petit Prince et le chercheur.
De l’émotion dans la relation thérapeutique, par Antoine Bourrillon, Profes­seur Émérite Université de Paris, ancien chef de service de pédiatrie générale à l’Hôpital Robert Debré, Paris.

12h00- 12h30 : Concert Blues Blanches Orkestra du Centre hospitalier de Bayonne, dir. Arnaud Labastie, Directeur de l’École de Musique de Tarnos.

14h30 – 16h00 Présentation du projet transfron­talier MusiKautisme
Avec Fabienne Cazalis, neurosciences, CNRS et Denis Laborde, anthro­pologie, CNRS, Dr MurieLSilvie, Hôpital Marin d’Hendaye (APHP), Yves Bouillier, violoncelliste, professeur et conseiller pédagogique à la mis­sion handicap, Conservatoire à Rayonnement Régional Côte Basque. Mikel Canada, Profes­seur Master Médiation. gestion et diffusion musi­cale à Musikene, coordinateur du Département Pédagogique à l’Orchestre symphonique d’Euskadi (Euskadiko Orkestra, Saint-Sébastien), Karsten Lichau, historien, Institut Max Planck des Sciences de l’Éducation (Berlin) et les asso­ciations Gautena et Chrysalide.
Projet soutenu par le Conseil Départemental 64.

16h00 – 16h30 : Conférence MusiKautisme Ce que fait l’OMNI du compositeur Patrice Moullet aux personnes souffrant de Troubles du Spectre Autistique
Par Fabienne Cazalis, chercheure en neurosciences, Centre d’Analyse et de Mathématiques Sociales (CAMS, CNRS­ EHESS, Paris) & Institut ARI. Bayonne

17h30-18h30 Rencontre Autisme et langages avec Hélène Nicolas, dite Babouillec, écrivaine, Véronique Truffert et Fabienne Cazalis.
On trouve chez toutes les personnes autistes des formes de communication singulières, allant de l’individu précocement verbal et doué pour l’apprentissage des langues à l’individu dont la communication ne passe que par le langage corporel et un répertoire restreint de sons oraux. Cependant, quelles que soient les apparences, toutes les personnes autistes et les personnes non autistes éprouvent des difficultés de compréhension mutuelle. La médiation par l’écriture et par la musique peut permettre de contourner ces difficultés. Leurs portées quasi-universelles en font des outils de choix. Mettre ces outils à leur disposition aussi tôt que possible est donc souhaitable.

On peut cependant s’interroger sur les modalités de l’acquisition de la lecture et de l’écriture chez les personnes autistes dites très déficitaires. En effet, les méthodes d’enseignement sont surtout conçues par et pour des personnes qui maîtrisent le langage expressif (la parole) et réceptif (la compréhension de la parole). Comment se passe cet apprentissage pour les personnes autistes dont le langage expressif est absent ? Comment obtenir, chez ces personnes, des indices concernant leur niveau de compréhension du langage verbal ?

Pour les chercheurs et les pédagogues, l’étude de cas d’apprentissage spontané de la lecture par des personnes autistes mutiques apportera des éléments fondamentaux. L’étayage de cet apprentissage par la musique, via le chant par exemple, est également à investiguer. Le parcours d’Hélène Nicolas, dite Babouillec, est exemplaire en ce sens car l’acquisition de l’écriture lui a permis non seulement une communication efficiente mais ses qualités artistiques indéniables doivent nous amener a reconsidérer nos préconçus sur le lien entre autisme et langage.

Babouillec Sp est Hélène Nicolas, une jeune femme autiste, diagnostiquée « déficitaire à 80 % ». Jamais scolarisée, elle n’a – selon ses propres mots – pas appris à lire, à écrire, à parler. Elle réussit pourtant, après vingt ans de silence, à écrire à l’aide de lettres en carton disposées sur une page blanche. Elle compose ainsi des œuvres d’une grande force poétique, dont son Algorythme éponyme qui, adapté par Pierre Meunier et Marguerite Bordat, fut présenté à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon dans le cadre du Festival d’Avignon, puis au théâtre de la Ville.

« Je suis Babouillec très déclarée sans parole. Seule enfermée dans l’alcôve systémique, nourricière souterraine de la lassitude du silence, j’ai cassé les limites muettes et mon cerveau a décodé votre parole symbolique : l’écriture » (Algorithme Éponyme, Payot & Rivages, Paris, 2016 : 11)

20h30 : Concert Duo Erick Manana & Jenny Fuhr Musique de Madagascar, chant. guitare, kabôsy, violon, flûte, valiha.

Le guitariste et chanteur Erick Manana est l’un des pères fondateurs de la scène musicale malgache, star à Madagascar depuis des décennies et très populaire au sein de la diaspora. Dans ses textes poétiques, il retranscrit toute les richesses et les couleurs de la langue malgache. Il se sert de ces images et traditions du passé pour les transposer dans le contexte actuel, en s’interrogeant sur l’ingéniosité, la capacité à supporter la souffrance, les petites victoires et déceptions dans le quotidien de la vie a Madagascar, qui est une lutte permanente. Il chante à propos des conflits générationnels, des rêves et du mal du pays des émigrés malgaches. Les invalides de guerre, les chauffeurs de taxi et les amoureux sont les héros de sa grande poésie populaire.

Erick Manana s’appuie sur sa jeunesse à Antananarivo, et ce qui l’a influencé durant son enfance. Les airs mélancoliques et touchants que l’on pouvait entendre dans les rues et les bars des hauts plateaux centraux à Tana à l’époque, et les sons délicats de la cithare tubulaire en bamboo « valiha », symbole de l’orchestre de la cour royale dans les siècles passés. Erick Manana a remporté le Prix de l’Académie Charles-Cros pour son album Vakoka.

L’ethnomusicologue allemande Jenny Fuhr se joint à lui pour un programme de très haut niveau. Elle est l’auteure d’une thèse remarquée sur la musique à Madagascar et son importance pour l’identité culturelle malgache : Experiencing rhythm: contemporary Malagasy music and identity (‎Cambridge Scholars Publishing, 2013). Mais elle est aussi violoniste et flûtiste de formation classique. La voici donc affrontant un défi inattendu : se familiariser avec une toute nouvelle façon d’apprendre, sans musique écrite et sans pratique au sens courant du terme, favoriser l’instant et l’improvisation, et la tâche ardue d’apprendre de nombreuses paroles de chansons malgaches, jusqu’à l’apprentissage de la langue elle-même.

Les intervenants