Welcome to Evently

Lorem ipsum proin gravida nibh vel veali quetean sollic lorem quis bibendum nibh vel velit.

Evently

Stay Connected & Follow us

Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

Les mondes de la musique / musikaren munduak
Haizebegi
  /  Actualités   /  Mathilde Morin rencontre Paul Mckinney

Mathilde Morin rencontre Paul Mckinney

Dans la série Les Grands Entretiens Haizebegi, Mathilde Morin rencontre Paul Mckinney, Director of Student
Success and Alumni Relations à la Stax Music Academy, Memphis (USA) – le 5 août 2021

Paul Mckinney, je crois savoir que vous êtes le directeur de la réussite des étudiants et des relations avec les anciens élèves de la Stax Music Academy. Pouvez-vous m’en dire plus sur ce rôle et votre mission ?
Je trouve extrêmement intéressant que l’une des premières fois où j’apparais dans le film, je parle des frais d’inscription à l’université, de ce qu’il en coûte pour entrer dans ces universités, collèges ou écoles de musique. Et c’était en 2017-2018, quelque chose comme ça. J’ai commencé à faire des recherches, car j’essayais d’aider – et je le faisais depuis de nombreuses années – et de m’assurer que nos aînés étaient bien préparés à passer au niveau suivant, en sortant du lycée. Ironiquement, on m’a ensuite confié le poste de directeur de la réussite des étudiants, dont le travail consiste exactement à faire cela : m’assurer que j’associe nos étudiants aux universités. Je recommande à ces étudiants de se consacrer à leur passion.
Je ne dirais jamais « vous devez être un musicien professionnel », ou « vous devez être un professeur de musique ». Non, non. Ils doivent faire les choses qu’ils ont vraiment envie de faire et qui les passionnent, afin que cela ne ressemble pas à du travail. Mais la clé est de s’assurer qu’ils peuvent payer pour cette opportunité. Parce que c’est extraordinairement cher, et la plupart des gens ne peuvent pas se le permettre. Je suis très enthousiaste à l’idée que mon nouveau poste de directeur de la réussite des étudiants consiste à faire exactement cela et à m’y consacrer encore plus. Donc, juste pour vous donner un petit aperçu, l’année dernière, nous avons fait environ 7 à 10 auditions virtuelles pour différents collèges et universités à travers le pays. Et nous allons en faire encore plus, j’en suis sûr. J’ai littéralement eu un étudiant qui est venu me voir il y a deux ans, et les gens m’ont dit, vous ne devriez pas l’accepter, elle ne joue pas assez bien. Et je l’ai acceptée. Et sur Zoom, il y a juste quelques mois, on lui a offert une bourse complète. J’ai la chance d’avoir la possibilité d’aider les étudiants à trouver l’université qu’ils aiment, puis d’obtenir une bourse complète pour se spécialiser dans ce qu’ils veulent. Donc c’est une chose, c’est mon nouvel intitulé de poste. Au cours des trois ou quatre dernières années, nous avons formé un groupe d’anciens élèves, dans le but de renouer le contact avec eux de manière plus significative. Nous ajoutons également d’autres éléments, tels que notre programme de mentorat, dans le cadre duquel nous avons un groupe de personnes respectées au sein de leur communauté qui s’engagent littérairement et qui parlent ou envoient des lettres à nos étudiants pour les aider à rester motivés. Donc nous ne disons pas simplement « Allez-y et bonne chance ». Nous ne faisons pas ça, nous gardons la main sur eux. J’aime avoir ce lien avec eux.


Alors Paul, vous enseignez à vos étudiants, vous êtes leur mentor, mais je me demande, qu’apprenez-vous d’eux ?
Oh, c’est une question incroyable. Parce que j’apprends d’eux. Vous savez, vous apprenez à gérer des personnalités différentes. En tant qu’enseignant, vous devez comprendre le style d’apprentissage de vos élèves si vous voulez qu’ils saisissent le concept. Et tout ce que j’ai à faire est de regarder ma propre personnalité, comment j’ai appris. J’étais le genre d’étudiant… vous n’aviez pas besoin de me crier dessus. Tu devais juste me dire ce que tu voulais. J’aime la musique douce. C’est pourquoi j’ai grandi en aimant la musique de Michael Jackson. Elle a cet esprit doux, même si elle est séculaire, d’accord. Et je suis un disciple du Christ, je suis un chrétien. Alors bien sûr, j’aime le gospel. Je suis désolé, je ne suis même pas proche de votre question… Donc j’ai différentes approches pour différents étudiants. Parfois, je dois être beaucoup plus sévère. J’ai eu une étudiante à qui je n’ai jamais adressé la parole. Elle est venue me voir, et elle m’a dit : « Mr. McKinney, vous ne me criez jamais dessus. » Et j’ai dit : « Savez-vous pourquoi ? ». Elle a dit non. J’ai dit : « parce que je sais que vous ne pouvez pas le supporter ». Vous savez, elle était un esprit fragile, et je serais beaucoup plus doux avec elle, et m’assurer qu’elle comprenne. Donc vous savez, les enfants vous le feront savoir, ils sont honnêtes avec vous quand ils vous font confiance. Je suis aussi honnête avec eux que possible, peut-être trop honnête. Et je vais juste dire : « Hé, voici la vérité, voilà ce que c’est, voilà ce que tu es ». Et parfois ils le reçoivent de la bonne manière. Comme mon grand-père avait l’habitude de dire : « Écoute ce qu’une personne a à dire. Si vous pouvez l’utiliser, utilisez- le. Sinon, mettez-le de côté. Mais il est important d’écouter ce qu’une personne a à dire ». Vous savez, je les aime, et ils m’aiment. C’est aussi simple que ça.


Nous pouvons peut-être parler un peu plus de vous maintenant, de votre carrière. Je me demandais juste ce qui vous a poussé à choisir la musique en premier lieu. Et si vous pouvez dire que la musique est une vocation pour vous.
Eh bien, c’est une vocation. Et maintenant, avec l’âge, c’est en fait un ministère. J’y suis entré à cause de ma famille. Mon père et ma mère se sont rencontrés dans le département de musique du Lane College. Et je ne faisais que suivre mon frère aîné qui est un musicien incroyable. Il joue du saxophone. C’est un musicien. Et c’est mon héros. S’il portait des chaussures bleues, je devais avoir des chaussures bleues. Tout ce qu’il faisait, je voulais le faire. Mon père est un musicien incroyable en tant que pianiste, mais il est plus gospel, jazz et R’n’B. Ma mère avait une formation plus classique, et elle nous battait tous au piano. Et ma mère était notre plus dure critique. Mais elle était si douce et aimante dans sa façon de faire. La répétition, la pratique, et les choses que vous deviez faire quotidiennement pour obtenir quelque chose d’à peu près bon… Pour ce qui est des débuts, mon frère a commencé par jouer de la batterie. Et mon père, étant le pianiste qu’il était, il a joué avec Rufus Thomas et beaucoup de légendes de Memphis dont nous parlons, il est dans la même tranche d’âge. Et il a une telle âme dans sa façon de jouer. Bref, mon frère, pour une raison quelconque, était à la batterie. Il a commencé à quatre ans, je crois, alors que je venais de naître. Et c’est à trois ans que j’ai commencé à jouer de la batterie. Et puis ces amis de mon père venaient chez nous. Et ils disaient « Alvin », qui est mon frère, « pourquoi ne joues-tu pas pour nous ? ». Et mon frère, c’est un Lion, il a une personnalité de type A, et il est si agressif qu’il sautait dessus. Il sautait sur la batterie et commençait à jouer. Et ils savaient que je jouais aussi, et ils disaient : « Paul, pourquoi tu ne viens pas jouer ? ». Et je ne voulais pas le faire. C’était terrifiant de jouer devant d’autres personnes. J’étais tellement timide. Et je courrais, littéralement courir, et me mettre sous le lit. Et puis un jour, j’ai vu un des amis de papa donner à mon frère un dollar pour avoir joué pour lui. J’ai sorti ma tête du lit et j’ai dit « Je veux un dollar aussi ». Et c’est comme ça que j’ai commencé à jouer en public. Donc on jouait en public. On était des bébés des années 70. On avait des costumes, on faisait des trucs à la Michael Jackson, Captain and Tennille. Il y avait tellement de styles de musique différents.
Il n’y avait pas qu’un seul style. Je suis si reconnaissante que mon père nous ait fait découvrir tant de styles différents. Donc, tu sais, les gens sauraient : J’aime Sting, j’aime Boy George, j’aime George Michael, j’aime les Eagles, j’aime Bobby Blue Bland, j’aime Prince, j’aime Marvin Gay, Aretha Franklin… J’ai un goût tellement électrique. Pourquoi ? Parce que mon père m’a fait découvrir très tôt différentes musiques que j’aimais. Et nous chantions leur musique, nous jouions leur musique en tant qu’enfants. [PMK est devenu un multi-instrumentiste à un très jeune âge]. Donc, pour tous ceux qui veulent devenir multi-instrumentistes, je dirais : tout d’abord, il faut s’assurer que l’on est fondamentalement solide sur un instrument, et que l’on est assez bon au moins avant d’ajouter autre chose. Ensuite, il faut s’entraîner. Chaque fois que vous ajoutez quelque chose, cela n’enlève rien à la première chose que vous avez apprise. J’ai ensuite dû découvrir qui j’étais musicalement. Je suis en train de le découvrir à 51 ans, après avoir été littéralement un enfant-star, dans ma ville du moins, et dans cette région. [PMK explique qu’il a mis sa carrière en suspens pour la Stax Academy et qu’il travaille actuellement sur un CD qui devrait sortir en octobre.] Puis je me suis lancé dans l’enseignement, puis je me suis marié, j’ai deux enfants et des petits-enfants… Et on pourrait appeler cela des « sorties de vie ». Il y a beaucoup de sorties dans nos vies. Il faut être très intelligent quant aux sorties que l’on emprunte, car parfois, il se peut que l’on ne puisse pas revenir à l’état intérieur de la vie. Nous devons donc tous, dans notre vie, faire attention aux sorties que nous empruntons. J’ai été extrêmement chanceux de travailler pour cette fondation. Ils m’ont permis de faire les choses que je crois être les bonnes au nom des étudiants. Pas à cause de moi, mais à cause de l’histoire de Stax Records, c’est un endroit extraordinairement spécial.


Vous m’avez dit combien vous aviez la chance d’avoir une famille merveilleuse. Peut-être recréez-vous cette famille à l’école, notamment pour les adolescents qui n’ont pas la chance d’avoir une famille comme la vôtre ?
Absolument. C’est une belle perspicacité de votre part. Et pourquoi, je dirai ceci : Quand j’avais leur âge et que j’ai commencé à m’améliorer à la trompette, je cherchais le musicien, le trompettiste plus précisément, qui pourrait jouer dans l’orchestre symphonique de Memphis, ou le philharmonique de New-York, ou un groupe de jazz professionnel, ou jouer la musique de Earth, Wind, and Fire, ou du Gospel. Je cherchais ce musicien polyvalent qui pouvait tout faire.
Et franchement, et ce n’est pas pour critiquer Memphis, mais il n’y a pas beaucoup de gens comme ça. Je suis allé à l’université de Memphis et j’ai obtenu une licence d’éducation musicale. Mais je ne voulais pas enseigner au départ. Ce qui est ironique et drôle dans la mesure où ma mère et mon père sont tous deux enseignants, ainsi que mes grands-parents. Je suis un éducateur de cinquième génération ou quelque chose comme ça. Mais je ne voulais pas enseigner… J’ai vu ce que mon père a traversé. Et j’étais comme « Ouais, ce n’est pas moi »… Donc je ne voyais pas le musicien qui avait la polyvalence que je recherchais. Alors j’ai essayé de me transformer, j’ai essayé d’être cette personne pour ces étudiants. Vous savez, oui, j’ai joué avec notre symphonie locale, j’ai joué avec des groupes de jazz locaux, j’ai joué avec des groupes de rhythm and blues, j’ai fait une tournée avec un artiste de blues. J’ai joué avec un artiste de gospel. Je peux donc transmettre ces expériences à nos étudiants. Vous avez parlé de mission et d’objectif ? Eh bien, cela en a été un pour moi. Mes élèves, une fois diplômés, sont capables de se sentir à l’aise dans ces situations musicales. Vous savez, ma mère avait une formation classique, mon père avait une formation en jazz, blues et R’n’B. Et puis nous avons tous reçu une formation formelle en musique. Et puis nous avons tous eu une formation formelle en plus de cela. Alors oui, j’ai essayé de recréer cela au sein de l’Académie.
Et je me sens vraiment bien dans ce que nous avons fait. Et il n’y a pas que ma famille. Les musiciens qui ont enregistré les disques de Stax, c’est ce qu’ils étaient aussi. Oui ils jouaient à l’église, oui ils jouaient du jazz, oui ils jouaient du R’n’B. Et c’est pourquoi la musique sonnait comme elle sonnait. C’était un mélange de tous ces styles différents. Donc à la Stax Academy, nous sommes une famille les uns pour les autres. C’est bien plus que d’être le professeur de musique et d’être l’élève.


Dans le documentaire, il semble qu’à la Stax Academy, les étudiants apprennent autant sur la musique que sur les tensions raciales aux États-Unis. On leur apprend à débattre, à présenter des arguments solides sur un tel sujet. Diriez-vous que la musique est une fin en soi à la Stax Academy, ou plutôt un moyen au service d’une cause politique/sociale ?
Eh bien, je pense à une situation qui pourrait résumer cela. Lorsque ce film a été créé, nous étions confrontés au 50e anniversaire de l’assassinat du Dr Martin Luther King. Cela a déchiré Memphis. Cela a déchiré Stax à cette époque. Parce que, comme je l’ai entendu de la bouche des artistes de Stax Record, il n’y avait aucun sentiment de tensions raciales au sein de l’organisation. Les musiciens sont un peu comme des petits enfants, en ce sens que si tu sais jouer, on s’amuse tous ensemble. Nous ne nous soucions pas des noirs, des blancs, des violets. Si nous pouvons communiquer musicalement, nous avons un lien instantané. Et c’est toujours le cas ici. Mais vous savez, la tension qui s’est produite à Stax Records à cause de l’assassinat du Dr. King a vraiment nui à l’organisation. Ça a vraiment nui aux relations interraciales. Et donc, tant de choses qui se passaient avec Black Lives Matter aux États-Unis en 2018, malheureusement, 50 ans plus tard, nous avons vu tous ces parallèles. Et la tension, et juste la bigoterie, l’ignorance qui se passait, plongeant encore notre pays…. Et donc nous parlions de toutes ces choses, et elles sont si lourdes. Et puis les enfants ont écrit cette chanson qui était si optimiste et lumineux. C’était comme une rose qui venait de fleurir dans le désert. Je ne pouvais pas y croire, c’était tellement incroyable. Et encore une fois, ils sont toujours aussi optimistes à propos de la vie, des relations raciales, et de leur relation avec les gens… J’ai trouvé ça incroyable de le revoir [dans le documentaire]. Nous étions en train de creuser une conversation vraiment profonde sur les relations raciales. Et donc, que pouvons- nous faire à ce sujet ? Nous pouvons apporter tout l’amour que nous avons à donner, et l’offrir au monde. Nous n’avons jamais été hués de la scène, parce que lorsque nous entrons en scène, nous donnons autant d’amour que nous pouvons en donner. Même si vous marchez dans la rue, si vous souriez à une personne, elle vous sourit généralement en retour. Les choses que vous donnez sont réciproques.


Il me semble que la créativité musicale afro-américaine se nourrit de siècles de souffrance. Je me demandais donc : comment convertir la douleur, les luttes, l’injustice en joie et en espoir ?
Oh mon Dieu ! Allez, comment as-tu trouvé cette question ? Eh bien, je pense que c’est en fait plus facile que ce que l’on pourrait croire. Je suis une personne optimiste dans l’âme. Parce que je suis un disciple du Christ, parce que nous savons déjà ce qui va se passer à la fin. Si vous êtes dans une bataille – j’aime appeler cela le jeu de la vie – nous savons qui va gagner à la fin. Je suis déjà en train de célébrer la victoire. Vous savez, nous ne sommes là que pour un court moment sur cette terre. Et donc je pense que l’optimisme de comprendre que nous avons déjà gagné : Je pratique ma danse de la victoire au moment même où nous parlons ! Je pense que c’est ce qui ressort de la communauté noire. Nous voulons juste vivre, aimer, et élever les gens. Point final. J’ai vu les étudiants transformer la douleur en joie. Nous avons pris toute cette douleur et cette souffrance, c’était un sujet si lourd, et la chanson qu’ils ont créée était si pleine d’espoir ! Je ne comprenais même pas ! Comment ? Tout ce dont parlait le Dr. King était l’autonomisation, la connaissance, l’apprentissage et la possession de ses propres affaires. Et il a été éliminé, tu sais… Mais les enfants ont écrit une si belle chanson. Comme je l’ai dit, une belle fleur rouge qui s’épanouit dans le désert. Incroyable. Et donc le message d’espoir, le message d’amour, le message de compréhension qu’un jour nous serons devant le Roi : cela fait partie de la façon dont l’expérience chrétienne entre dans cet environnement, que nous le disions ou non. Je ne suis pas là à prêcher, vous savez. Ce n’est pas ce que nous faisons. Mais… C’est toujours en dessous. C’est là où nous vivons. C’est là qu’on doit vivre pour être honnête avec vous.


Une dernière question : vers quel genre d’avenir se dirige la musique afro-américaine ? À un moment donné dans le film, une femme dit que le rap des années 90 ne parlait que de colère et de violence, et plus d’amour et de joie. Que devient donc la musique afro-américaine dans le contexte des tensions raciales persistantes aux États-Unis ?
Je ne peux pas parler pour l’industrie. J’ai un fils. Il joue de la trompette dans le film. Il a 20 ans maintenant, et il rappe. Quand il a commencé, il écoutait tous les rappeurs actuels que vous pouvez imaginer. Et pour moi, le contenu… Je ne suis pas d’accord avec beaucoup de chose qui sont dites. L’imagerie qui est mise en avant devant nos enfants dans ces vidéos. Comme si c’était l’utopie, vous savez, de l’argent flamboyant ou autre. Je ne peux même pas prétendre entrer dans l’esprit ou la vie de ces artistes. Je ne peux pas parler de ça. Mais je sais qu’en ce qui concerne mon propre enfant qui plongeait dans un domaine où le blasphème et toutes ces choses sont glorifiées d’une certaine manière… J’ai dû avoir cette discussion avec lui en lu disant, hey, tu peux toujours être un artiste de renom et avoir un impact incroyable en racontant des histoires incroyables. Tout le monde aime une bonne histoire. Alors j’ai dit fils, tu dois travailler à raconter une bonne histoire. N’essaie pas d’être comme ce gangster dur. Tu n’as jamais été dans la rue ! Nous sommes de la classe moyenne. Sa mère et moi sommes enseignants. Tu ne viens pas de ces milieux. Tu ne peux pas parler de ça en vérité. Alors il se lance maintenant dans son art, et il n’utilise pas de blasphèmes, et il raconte ses histoires, et sa musique est amusante et édifiante. Et je suis si heureuse de le voir arriver à ce stade. Donc, à la Stax Music Academy, nous avons maintenant un cours d’écriture de chansons pour aider nos étudiants à s’exprimer vraiment, à apprendre le métier et l’art de l’écriture de chansons. Et voici ce que je crois être la prochaine étape : Je pense que vous le voyez déjà. Avez-vous déjà entendu parler de la chanson Otis de Jay-Z et Kanye West ? C’est un échantillon d’Otis Redding chantant Try a little tenderness.
C’est magnifique. Jay-Z a également samplé la musique de Ain’t no heart in the love of the city de Bobby Blue Bland. Ce que Bruno Mars vient de faire avec Leave the door open… Tout ça, ce sont des retours en arrière vers les dramatiques et tous les groupes des années 70. Les gens commencent donc à reconnaître l’authenticité et le haut niveau musical de la musique des années 70, et à y revenir. Notre programme à la Stax Music Academy est basé sur la musique que les nouveaux artistes reprennent. Ainsi, nos étudiants, parce qu’ils vivent à cette époque, écoutent le hip hip actuel, mais ils sont également formés à la musique des années 60-70. Je crois donc que la combinaison de ces deux éléments sera le nouveau style. Vous le voyez déjà. C’est déjà en train de se produire. Je suis donc très enthousiaste à l’idée d’avoir vécu à une époque où la musique était ce qu’elle était, mais maintenant les gens reviennent en arrière et voient à quel point elle était précieuse. D’une certaine manière, on voit aussi de la musique moins en colère. Je veux dire que [les gens des années 60-70] parlaient aussi de problèmes sociaux, ils étaient obligés. Regardez à quel point ils étaient proches de l’assassinat du Dr. King. Et maintenant, toutes les choses auxquelles nous avons été confrontés ces dernières années, les tensions raciales : elles sont toujours là. Mais comment exprimer l’amour que nous avons dans nos cœurs pour surmonter l’obscurité ? Parce qu’à mes yeux, pour être honnête avec vous, l’obscurité doit toujours courir vers la lumière.